CHÂTEAU DE 

LOUPPY-SUR-LOISON

© 2016, Château de Louppy-sur-Loison - De Roffignac.

1 Rue de la Porte Haute, 55600 Louppy-sur-Loison, Lorraine, France

Conception du site : Anne-Claire Collot 

Rédaction du contenu : Antoine Collot

Les familles du château de Louppy

Nous devons l’actuel château de Louppy à la volonté d’une famille : la famille de Pouilly.

 

La famille de Pouilly

     Les Pouilly sont originaires de Pouilly sur Meuse à une vingtaine de kilomètres de Louppy. Cette famille arrive à Louppy à la fin du XVème siècle avec Colard de Pouilly en achetant une partie du fief de la famille d’Haraucourt. L’engagement des Pouilly aux côtés des Ducs de Lorraine, durant les temps troublés des guerres de religion vont favoriser leur influence sur les terres de Louppy. Ainsi, Simon Ier de Pouilly est nommé en 1591 gouverneur de Stenay l’une des principales places fortes de la région. Il devient par la suite un des hommes les plus importants du duché de Lorraine en accédant aux fonctions de Conseiller d’Etat et Privé, Chambellan du Duc Charles III, puis Maréchal du Barrois

     Simon II de Pouilly succède à son père Simon Ier dans les hautes charges à la cour de Lorraine auprès des Ducs, Henri II et Charles IV. Il termine de racheter les dernières parts de la seigneurie de Louppy. C’est ce personnage qui va bâtir le château Renaissance tel que nous le connaissons aujourd’hui. Nous attribuons la construction de ce château dans le premier tiers du XVIIème siècle à l’architecte Guyot Roussel attelé aux fortifications de Stenay. En 1632, suite à la prise de cette ville par les Français, il se retire dans son château de Louppy.

    En 1633, le Duc Charles IV récompense les Pouilly pour leur fidélité à la maison de Lorraine en érigeant la terre de Louppy en Comté. Simon II décède peu de temps après en 1635 à l’âge de 73 ans en son château de Louppy. 

Portrait de Simon II de Pouilly HST XVIIème siècle (Reproduction interdite)

Armes de la famille de Pouilly, un lion d’azur sur fond d’or, chapelle funéraire de Vassinhac d’imécourt, Louppy sur Loison

(Reproduction interdite)

 

La famille de Comminges

   A la mort de Simon de Pouilly, le château passe à la famille de Comminges par l’intermédiaire d’une de ses filles Gabrielle Angélique de Pouilly qui se marie le 7 Janvier 1630 à Claude Roger de Comminges, marquis de Vervins, premier maître de la chambre du roi et né en 1604. La famille de Comminges est issue de l’ancienne noblesse du Sud de la France ; ils sont les descendants des comtes de Carcassonne et de la maison de Coucy. 

Armoirie des Comminges : « de gueules à quatre otelles posées en sautoir », chapelle funéraire des Vassinhac d’imécourt, Louppy sur Loison, (Reproduction interdite)

    De cette union naquirent trois enfants dont Louis, l’aîné, reçu le marquisat de Vervins ainsi que la seigneurie de Louppy. Maître de camp d’un régiment, il reçu au décès de son père la charge de premier maître d’hôtel du roi. En Juin 1656, il se distingua au siège de Valenciennes. L’année suivante, toutes les troupes de Louis XIV s’installent dans la région de Montmédy, ville des Pays-Bas Espagnols assiégé par le roi de France.  Le commandement s’installe au château de Louppy qui accueillit le roi durant l’été 1657. Il épouse cette même année Anne-Dieudonné de Fabert, fille du Maréchal de France. Il mourut cinq ans plus tard. Il laisse un fils, Louis Joseph de Comminges, qui meurt sans postérité le 2 novembre 1725. Il fait don des terres de Louppy en 1715 à Monique Joséphine Mélanie, née Comtesse de Mérode.

Portrait de Louis Joseph de Comminges HST de la fin du XVIIème siècle (Reproduction interdite)

 

La famille de Custine de Wiltz

    La comtesse de Mérode vend la terre de Louppy par un contrat du 1er mai 1741 à François Théodore de Custine de Wiltz. Marié, mais sans postérité, il désigne son neveu Marie Louis Charles de Vassinhac d’Imécourt comme héritier.

Armes des Custines de Wiltz « Écartelé: aux I et IV d’or au chef de gueules (Wiltz) aux II et III de sable semé de fleurs de lis d’argent (Lombut) et sur le tout d’argent à la bande coticée de sable (Custine). » Chapelle funéraire des Vassinhac d’Imécourt, Louppy sur Loison,

(Reproduction interdite)