CHÂTEAU DE 

LOUPPY-SUR-LOISON

© 2016, Château de Louppy-sur-Loison - De Roffignac.

1 Rue de la Porte Haute, 55600 Louppy-sur-Loison, Lorraine, France

Conception du site : Anne-Claire Collot 

Rédaction du contenu : Antoine Collot

La famille des Vassinhac d'Imécourt

Une famille au service de la France

Armes : d’azur à la bande d’argent bordée de sable, ex libris de la bibliothèque du château de Louppy (Reproduction interdite)

La famille de Vassinhac, originaire du Bas Limousin, est arrivée dans l’est de la France à une trentaine de kilomètres de Louppy sur les terres d’Imécourt dans les Ardennes au début du XVIIème siècle. Ils ont suivi en tant que chef calviniste Henri de la tour d’Auvergne, père du Grand Turenne, pour s’installer sur les terres des princes de Sedan.

Jean de Vassinhac épouse la fille du seigneur d’Imécourt, Anne Vaudin le 17 octobre 1614, il eut comme témoin Henri de la Tour, Duc de Bouillon, Frédéric Maurice Prince de Sedan et Gédéon son frère. Il fut gentilhomme de la Chambre du Roi en 1623 et maître de la fauconnerie. Il mourut en 1635. C’est par cette alliance qu’apparaît la maison des Vassinhac d’imécourt.  Leur fils Gédéon III de Vassinhac d’imécourt va par son mariage avec Claude de Pouilly dame d’Inor, de Martincourt et d’Amblimont en 1653, s’allier à toute la haute noblesse de Lorraine et Champagne. Il sera brigadier des armées du Roi Louis XIV, puis gouverneur de la ville de Montmédy à la suite du rattachement de la ville à la France, en 1657, par le traité des Pyrénées.

Il eut également neuf fils dont six furent tués successivement au service de l’armée du roi de France, Louis XIV.  Jean II de Vassinhac, marquis d’Imécourt, fut à son tour gouverneur de Montmédy et chevalier de Saint Louis. Il combattit près d’un demi siècle sur tous les fronts. Il meurt sans avoir été marié, à Inor en 1745 âgé de 90 ans. 

Son frère César Hector, est son légataire universel. Ce dernier, est né en 1658, meurt le 13 décembre 1743. Deux de ses filles entrent à l’abbaye bénédictine de Juvigny sur Loison. Il s’agit d’Alexis Madeleine, abbesse, et de sa sœur Louise Victoire qui lui succéda et mourut en 1806 au château d’Imécourt à la suite de la dissolution des ordres religieux. C’est notamment elle qui protégea durant le tourmente révolutionnaire, les antiques reliques de Sainte Scholastique la sœur de Saint Benoit qu’elle rendit au village de Juvigny en 1804.

Le fils de César Hector, le chevalier Innocent Marie de Vassinhac, Marquis d’Imécourt, Seigneur d’Inor, fut blessé mortellement à l’âge de 27 ans le 19 juillet 1747 à la bataille d’Assietta. Il avait épousé en 1738, Marie Thérèse de Custines. De ce mariage naquirent trois fils et une fille. Leurs fils Marie Louis Charles, gentilhomme d’honneur du comte d’Artois et chevalier de Saint Louis, épouse en 1778 Charlotte Ferdinande de Chauvelin, dame d’honneur de Madame Elisabeth de France, fille du marquis de Chauvelin, lieutenant général, Grand Croix de Saint Louis, ambassadeur à Turin, maitre de la Garde Robe du roi Louis XV. Ce fut sous les auspices de cette union que son oncle, le comte de Wiltz, lui transféra les terres de Louppy. La famille part pour l’émigration durant la révolution française mais retrouve ses biens à son retour, en 1796, préservé par la population du village.

Ils eurent deux fils et une fille. L’aîné, Charles Gédéon Théodore, né à Paris le 1er janvier 1784, sixième marquis d’Imécourt, suivit d’abord la carrière des armes. Il devint colonel d’Etat-Major, officier de la légion d’honneur. En 1823 et 1827, il présida le collège départemental de la Meuse et fut élu député de la MeuseGentilhomme de la chambre du Roi en 1824, il fut nommé Pair de France en 1827. Il décédé le 26 Juillet 1872 et est inhumé dans la chapelle funéraire de la famille à Louppy ou s’est fait représenté en habit de paire de France (voir ci contre). C’est à l’initiative de Charles Gédéon Théodore de Vassinhac d’Imécourt que d’importants travaux sont entrepris au château de Louppy sur Loison et dans le village. Il avait épousé, en 1808, Albertine Constance-Philippine-Joséphine de Sainte Aldegonde, fille du comte de Sainte Aldegonde, marquis de Colembercq et de Melle du Bouchet de Sourches qui avait elle même pour mère Mme la duchesse de Tourzel, née princesse de Croy-Havré, gouvernante des enfants de France

Le comte d’Imécourt Charles-Ferdinand-Philippe de Vassinhac d’Imécourt posant devant la grande cheminée XVIIème siècle du château de Louppy, HST, vers 1840

(Reproduction interdite)

De cette alliance naquirent 5 enfants. Charles Edmond Marie de Vassinhac d’Imécourt, né en 1812, fut page du roi sous la Restauration, il avait épousé en 1843 Marie Elisabeth des Monstiers Mérinville et mourut accidentellement en 1848 à l’âge de 35 ans. Il fut inhumé à Louppy sur Loison laissant une fille et 3 fils dont, Charles Marie Maxime Ferdinand, marquis d’Imécourt, comte d’Hust et du Saint Empire né le 25 juillet 1844, ancien officier de cavalerie, marié en 1875 à Henriette Gabrielle Marie d’Audiffret Pasquier, fille du duc d’Audiffret Pasquier, ancien président de l’Assemblée nationale, membre de l’Académie française.

Leur fils, Jean Henri Edmond Marie de Vassinhac d’Imcourt, 10ème marquis d’Imécourt est né le 29 janvier 1884 et épouse en 1918 Thérèse Goury du Roslan. Ils ont un fils Edmond né le 16 septembre 1922 11ème marquis d'Imécourt décédé sans postérité. Sa soeur Gabrielle Marie Scolastique, née le 26 octobre 1919, hérite du domaine. Elle épouse le comte Guymond de Roffignac le 21 Janvier 1956, parents de l’actuel propriétaire du château, Antoine de Roffignac, qui s’évertue aujourd’hui à la sauvegarde de son domaine.

Cette famille marque profondément le village dans son histoire et son patrimoine notamment par l’érection d’une chapelle funéraire néogothique ornée de fresques de qualité où l’on retrouve les portraits du commanditaire et de son fils. Elle participe également à la construction de l’église paroissiale en 1870 les vitraux du cœur étant orné des armoiries de la famille et de ses alliances. 

( La famille posant devant l’entrée de la cour d’honneur du château vers 1910 ) (Reproduction interdite)